Archives de Catégorie: Belgique

Projet de correspondance québéco-belge (suite)

Depuis quelques semaines, notre projet de correspondance québéco-belge a débuté. Mes élèves ont écrit une première lettre à leurs correspondants liégeois afin de leur présenter leur école et leur classe et ils ont reçu, quelques semaines plus tard, leur première lettre. Ce fut un plaisir de découvrir les principales expressions belges utilisés et les termes différents employés pour décrire leur environnement scolaire.12231544_10156203978975147_1327685001_n

Très bientôt, nous débuterons les activités associées au deuxième thème: les Fêtes. Nos élèves devront décrire les principales Fêtes de leur pays respectif et les coutumes y étant liées. Ils pourront notamment comprendre que notre « Père Noël » est leur « Saint-Nicolas ».

Au cours de l’année, nous exploiterons aussi le thème de la cuisine. Ma collègue belge et moi réaliserons une recette typiquement québécoise ou belge et nous la ferons découvrir à nos élèves respectifs (pour ma part, je lui ai conseillé de faire le « pouding chômeur »!).

En plus d’apprécier ces activités, je suis ravie de découvrir les nouvelles connaissances géographiques et culturelles que les élèves peuvent acquérir. En effet, mes élèves sont désormais en mesure de situer la Belgique en Europe et savent, entre autres, que les jeunes débutent l’école à 2 ans et demi.

Bref, ce projet emballe autant les élèves que les enseignantes!

Madame Suzie

Publicités

Projet de correspondance québéco-belge

Cette semaine, je débuterai un projet de correspondance scolaire québéco-belge dans la classe d’une compagne enseignante. Notre objectif est de proposer à nos élèves québécois d’échanger avec des élèves de leur âge, mais qui habitent à Liège, en Belgique. J’ai la chance de pouvoir vivre ce projet puisque mon amie enseigne dans la classe liégeoise ciblée.

Description du projet

Un nouveau thème sera proposé aux élèves tous les deux mois (ex. : l’école, les traditions, la cuisine, etc.). Les jeunes seront invités à vivre des activités variées en lien avec ce thème (ex. : rédiger une lettre, réaliser une vidéo, faire une recette, etc.).

Premier thème : l’environnement scolaire

Cette semaine, j’animerai une première activité sur l’environnement scolaire. Je rédigerai, avec l’aide des élèves, une lettre leur permettant de parler de toutes les indications/informations concernant leur environnement scolaire (ex. : description de l’école, de l’horaire, des congés, etc.).

La semaine prochaine, je réaliserai une vidéo avec les élèves dans laquelle ils devront nommer des articles scolaires et les installations de leur classe. J’imagine déjà leurs réactions…« Pourquoi nous demandes-tu de présenter notre étui à crayons madame Suzie? ». Et bien, ils le comprendront assez rapidement quand leurs correspondants liégeois réaliseront la même activité et que leur « étui à crayon» sera appelé un « plumier » ou que leur « sac à dos » sera en fait une « mallette » pour les belges.

Ces premières activités visent à conscientiser les élèves sur les différences, aussi simples soient-elles, qui existent entre leur classe et celle de leurs correspondants. Au fil du temps, ils seront amenés à vivre des activités plus complexes qui leur permettront d’en apprendre davantage sur la Belgique, mais aussi sur le Québec.

À suivre…

 

Pourquoi faire un stage à l’étranger?

Dernièrement, j’ai été de nouveau invitée à présenter quelques conseils à des étudiants qui débuteront prochainement un stage au primaire (pour voir certains d’entre eux, je vous invite à consulter cet article : http://blog.uqac.ca/2013/quoi-conseiller-a-de-futurs-stagiaires-en-enseignement/ ).

Après cette conférence, une étudiante est venue me voir. Elle m’a entendue parler de mon stage en Belgique et se demandait si « ça valait la peine de partir faire ce stage ». Voyons voir…pourquoi suis-je certaine qu’un stage à l’étranger peut être bénéfique dans la formation, mais aussi dans la vie, d’une personne? En voici les trois principales raisons :

  1. Pour apprendre

Un stage en enseignement à l’étranger, c’est la possibilité de faire de nombreux apprentissages riches et stimulants. C’est pouvoir comparer les modalités d’enseignement du Québec avec celles d’un autre pays afin de mieux les comprendre. C’est pouvoir mettre en pratique les apprentissages acquis dans le cadre de ses cours dans de nouveaux contextes. C’est pouvoir mieux se connaître, développer son sens de la débrouillardise, son autonomie, son ouverture d’esprit, etc. Finalement, c’est pouvoir en apprendre davantage sur une autre culture ou sur d’autres pays. En effet, lors de mon stage en Belgique, j’ai eu la chance de visiter l’Espagne, la Suisse, l’Italie, la France et les Pays-Bas. J’ai donc acquis de nombreux apprentissages sur ces pays européens grâce à toutes ces escapades.

Bref, faire un stage à l’étranger, c’est une chance unique d’apprendre, et ce, dans plusieurs domaines.

250437_10150635135920147_3032713_n

  1. Pour sortir de sa zone de confort

Je me souviens encore du moment où j’ai démontré mon intérêt pour ce stage en inscrivant mon nom sur une feuille prévue à cet effet. À partir de ce moment, j’avais l’impression que je ne pouvais plus changer d’idée et j’étais… effrayée. J’avais beau avoir envie de partir, l’inconnu me faisait énormément peur. J’ai eu la chance d’avoir un copain, des amis et une famille aidants. Ils m’ont conseillée, épaulée et poussée à prendre l’avion qui me permit de vivre cette expérience se voulant être la première qui me sortit de cette fameuse zone de confort. J’ai tellement apprécié ce sentiment de liberté et de fierté étant associé à ce périple que je suis repartie l’été suivant pour Vancouver. Comme quoi ce peut être effrayant au départ de sortir de sa zone de confort, mais très formateur en bout de ligne.

  1. Pour faire de nouvelles rencontres

Voyager, c’est aussi faire de merveilleuses découvertes quant aux personnes qui se retrouvent sur notre route. Que ce soit l’artisan ou le boulanger du coin, les autres voyageurs rencontrés dans les auberges jeunesse ou  les autres étudiants avec qui vous vivez cette aventure, toutes ces rencontres demeurent stimulantes.

Pour ma part, par exemple, j’ai eu la chance de partir avec trois autres étudiantes et l’une d’entre elles est encore aujourd’hui, malgré la distance, une amie chère à mes yeux avec qui je garde un contact privilégié. Je n’aurais probablement jamais eu la chance de la connaître sans ce stage, alors j’en suis très reconnaissante.

Alors, à cette étudiante qui se demande si ça vaut la peine de faire un stage à l’étranger, je réponds, et ce, sans hésiter : « oui, ça vaut la peine ».

J’imagine que vous comprenez maintenant pourquoi.

Suzie

%d blogueurs aiment cette page :