Littérature jeunesse

Des suggestions de livres pour enfants

Dans cette page se trouvent mes appréciations de livres pour enfants 


1. Alexis, chevalier des nuits.

Auteure: Andrée-Anne Gratton

Illustratrice: Pascale Constantin

Année de parution: réédition 2009

Maison d’édition: les 400 coups

Source image: http://aagratton.blogspot.ca/p/mes-publications_30.html

Appréciation: 

 Au début de la session, j’ai voulu recevoir quelques titres d’albums pour enfants afin de les lire. J’ai fait une demande sur Twitter.  Très surprise, j’ai découvert qu’Andrée-Anne Gratton me proposait cet album. Je suis allée le chercher à la bibliothèque et j’ai été ravie de cette découverte.

Ce livre d’images raconte l’histoire d’un petit garçon nommé Alexis qui, tous les soirs, confectionne différents cauchemars qui l’empêchent de dormir paisiblement dans son lit (qu’il déteste) avec son « serpent-long-long et sa doudou » (Gratton, 2009). En effet, tous ses cauchemars, aussi affreux soient-ils, le poussent à dormir dans différents endroits de la maison, espérant ainsi les fuir. Le tout déplait à sa mère, Sophie, qui estime qu’Alexis devrait dormir dans son lit.

Ainsi, pour se sauver du méchant génie qui veut lui jeter un sort, par exemple, Alexis décide de dormir dans la baignoire. Or, celle-ci sera reliée à un mauvais rêve différent, celui d’un requin qui veut le manger. Peu à peu, Alexis devient très fatigué et il a peur de s’endormir. Il décide de mettre fin à tout cela en combattant, tel un chevalier, les ennemis issus de ses rêves. Suite à cette victoire, le petit héros peut dormir paisiblement dans son lit avec ses objets fétiches, au plus grand plaisir de sa maman.

Ce que j’apprécie de cet album issu d’une histoire de tous les jours, c’est la rythmique des mots et des phrases qui lui confèrent un aspect poétique. En effet, les rimes et les répétitions permettent aux enfants d’apprécier cette histoire, en plus d’en comprendre les éléments les plus importants. Il est agréable de lire des phrases rythmiques telles : « La nuit, toutes les nuits, Alexis dort maintenant dans son lit, où les monstres sont beaucoup plus gentils » (Gratton, 2009, p.30). J’aide une petite fille à améliorer sa fluidité en lecture. Lorsqu’elle a lu ce dernier, elle m’a avoué qu’elle aimait les rimes présentes. Elle était également fière d’elle parce qu’elle lisait «un peu plus vite». Je crois que le tout est attribuable au texte et à ses répétitions phonétiques.

De plus, l’intrigue rejoint bien le besoin de l’enfant de « retrouver l’image de lui-même et de retrouver aussi les évènements de sa propre vie » (Guérette, 1998, p.103). En effet, bon nombre d’enfants font des cauchemars et l’idée d’être actifs dans ceux-ci en vue de combattre des ennemis peut être une solution pour eux.

La relation entre les images et le texte est dénotative et celles-ci sont chaleureuses, imbibées de couleurs chaudes. Les détails sont visibles tout au long de cet album, se retrouvant à maintes reprises dans la mise en pages variée de celui-ci. L’éclairage est sombre, créant ainsi l’atmosphère d’évènements pouvant se produire durant la nuit (Guérette, 1998, p.120).

Références:

Guérette.C. (1998). Au cœur de la littérature d’enfance et de jeunesse. Ste-Foy : Édition Laliberté, pp.95-212.

2. Recueil de fiches d’exploitation pédagogique

Québec Amérique jeunesse

Année de parution: réédition 2010

Source image: http://www.quebec-amerique.com/livre-details.php?id=1205

Appréciation: 

Cet ouvrage est un petit bijou pour une enseignante. Il regroupe 226 fiches d’exploitation de la littérature jeunesse pour le primaire et le secondaire. Des suggestions quant aux activités à faire avant, pendant et après la lecture de nombreux livres sont données (Klonk, Alexis, Noémie, etc.). Le tout pour seulement 12.95$. À se procurer au plus vite!

 

3. Pétunia, princesse des pets

Auteure: Dominique Demers

Illustratrice: Catherine Lepage

Année de parution: 2005

Maison d’édition: Dominique et compagnie

Source image: http://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=703246&def=P%C3%A9tunia%2c+princesse+des+pets%2cDEMERS%2c+DOMINIQUE%2cLEPAGE%2c+CATHERINE%2c2895124507

Ce petit album humoristique raconte l’histoire d’une princesse qui se cadre bien aux exigences de la vie royale (belles tenues, bonne posture, bonnes manières, etc.). Or, un jour, elle commet une terrible erreur : elle pète. Cette erreur se reproduit maintes et maintes fois si bien que ses parents décident qu’il est temps de trouver une solution à ce drôle de problème. Plusieurs solutions seront proposées par des médecins et des sorciers, mais c’est Gaston, le fils d’une servante, qui aura le bon diagnostic. Selon lui, le problème est que « la princesse étouffe » (Demers, 2005) et qu’elle doit pouvoir vivre la vie d’une jeune fille normale qui rime avec plaisirs et jeux. Cette solution s’avéra efficace puisqu’elle ne péta jamais plus après avoir été en mesure de jouer comme elle l’entend avec Gaston. 703246-gf

Ce que j’apprécie particulièrement de ce livre illustré, c’est qu’il peut être aimé des garçons même si le thème exploité, se rapportant à la vie de princesse, est plus souvent apprécié des filles. Dominique Demers peut conquérir l’intérêt des garçons grâce à l’humour qui se conjugue bien avec l’intrigue cocasse et bien construite qui alimente l’histoire. De plus, le texte est rythmique et fluide et il regroupe quelques comparaisons telles : « ces mots coulaient comme une musique à ses oreilles » (Demers, 2005, p.26) qui sont facilement compréhensibles par les enfants. Le message final pour lequel il est important pour la jeune fille de pouvoir s’amuser est aussi bien articulé.

Lors de mon récent stage, j’ai lu ce livre à mes élèves. La première réaction des garçons a été négative, prétextant que c’était une histoire pour les filles. Je leur ai assuré qu’ils allaient trouver cette histoire très drôle, mais ils étaient certains du contraire. Rapidement, leur opinion a changé et ils m’ont parlé longtemps de cette fameuse princesse qui pétait.

3. Klonk ou comment se débarrasser des adolescents?

Auteur: François Gravel

Illustratrice: Pierre Pratt

Année de parution: 1993

Maison d’édition: Québec Amérique Jeunesse

Source image: http://www.quebec-amerique.com/livre-details-jeunesse.php?id=69

Ce roman est le premier d’une série qui perdure à travers le temps. Le premier de celle-ci raconte l’histoire d’un jeune garçon qui vient tout juste de se casser la jambe et dont la maison est remplie de frères et de sœurs atteints de la maladie de l’adolescence. Ce dernier doit trouver une façon de se divertir qui lui permettra de traverser agréablement sa convalescence et c’est Klonk, un jeune garçon de sa classe très discret, qui le guidera dans cette recherche. En effet, lors d’une récréation, le personnage principal découvre que Klonk disparait. Intrigué par cette impression, il décide de connaitre davantage cet élève pour découvrir son secret. Bien vite, la découverte du plaisir que procure la lecture, notamment grâce aux romans racontant les aventures de Sherlock Holmes, permettra d’expliquer brièvement cette disparition. La lecture permettra également au personnage principal d’oublier tous les adolescents de sa maison.

Les deux jeunes garçons deviendront rapidement de vrais grands amis qui partagent des intérêts communs et dont les conversations sont agréables. Klonk transmettra à son acolyte sa passion pour la lecture et ils pourront partager leurs impressions des lectures qu’ils réalisent.  Malheureusement, vers la fin du roman, Klonk doit déménager. Trente ans plus tard, ces deux amis se retrouvent dans le cadre d’un salon du livre dans lequel le personnage principal présente son nouvel ouvrage. Après avoir passé du temps ensemble, ils réalisent que plusieurs aventures les attendent, notamment celles qui contrôlent les ondes du cerveau.c995a927c508d979a8b58b182776cbd7_w145

J’apprécie beaucoup les thèmes abordés  dans ce  roman,  notamment le bonheur relié à la lecture et l’amitié. Ceux-ci peuvent être autant appréciés des garçons que des filles. De plus, les deux personnages principaux développent une belle amitié intellectuelle. En lisant ce roman, les enfants peuvent  « poursuivre une réflexion personnelle sur » leurs amis (Guérette, 1998, p. 169). En effet, le lecteur peut comprendre ce qu’est un véritable ami.

L’intrigue est bien construite puisque l’auteur, à la fin de tous les chapitres, suscite l’intérêt du lecteur en terminant ceux-ci par des phrases vagues qui se rapportent aux évènements pouvant survenir ultérieurement dans le livre. Le fait que Klonk puisse disparaitre est l’objet d’un élément merveilleux se retrouvant dans l’histoire, mais est aussi teinté de réalisme. Le tout permet au lecteur de croire à cette histoire et de vouloir comprendre ce qui peut se produire dans le cerveau de Klonk. De plus, toutes les ouvertures cocasses à la maladie de l’adolescence sont fort bien décrites, mais surtout très divertissantes.

J’aide deux jeunes garçons en français et je leur ai lu ce livre en plusieurs séances. Après l’avoir terminé, ils voulaient ABSOLUMENT connaitre la suite et la lecture de Klonk est devenue partie prenante de nos habitudes.

Références:

Gravel, F. (1993). Klonk, ou comment se débarrasser des adolescents. Québec Amérique jeunesse.

Guérette.C. (1998). Au cœur de la littérature d’enfance et de jeunesse. Ste-Foy : Éditions Laliberté, pp.113-125.

4. Cassiopée, l’été polonais

Auteur: Michèle Marineau

Illustratrice: Pierre Pratt

Année de parution: 1988

Maison d’édition: Québec Amérique Jeunesse

Source image: http://www.quebec-amerique.com/livre-details-jeunesse.php?id=423

Cassiopée est une jeune fille de 14 ans qui tente de suivre la cadence entre une mère nouvellement amoureuse et un père qui a refait sa vie avec une nouvelle femme et un nouvel enfant.Révoltée par le fait que sa mère ait planifié son été, elle décide de s’enfuir seule à New York pour y retrouver son oncle Jean-Claude. Malheureusement, ce dernier ne s’y trouve pas. L’œuvre du hasard (aidé du support maternel) fera en sorte que cette jeune adolescente passera l’été auprès d’une famille polonaise de trois enfants qui lui permettra de s’épanouir et de découvrir tous les bienfaits d’un premier amour. En effet, elle y rencontrera Marek et leur histoire se développera à travers différentes activités qu’ils réaliseront au chalet familial. Bien qu’ils en aient envie, ils reporteront leur première aventure sexuelle à plus tard, prétextant qu’il est encore trop tôt. Le livre se termine de façon vague, invitant le lecteur à poursuivre l’aventure de cette héroïne dans la suite du roman. Marek et Cassiopée doivent se laisser puisque l’été est terminé, mais leur histoire d’amour ne fait que commencer…

3a2b108084387a64aa45aa84f2fcc31e_w145

Je trouve que ce roman est un petit bijou bien façonné sous une touche d’humour et de fantaisie. Madame Marineau a remporté le prix littéraire du Gouverneur du Canada en 1988. Elle y aborde efficacement l’éveil à la sexualité auprès des jeunes filles et l’épanouissement de celles-ci tout au long de leur adolescence, deux thèmes se rapportant aux mœurs juvéniles. L’héroïne est donc fort significative puisqu’elle révèle tous ses secrets et peut répondre à certaines questions que peuvent se poser de jeunes adolescentes. Sa personnalité et sa situation familiale recomposée ne sont guère stéréotypées, lui conférant ainsi une ressemblance avec les jeunes filles de nos jours. Je me suis attachée à l’histoire d’amour de ces deux adolescents et je trouve intéressant le fait qu’ils aient reporté leur première relation sexuelle. Le tout permet d’expliquer, indirectement, que celle-ci est importante et significative et qu’il importe d’écouter son corps et son cœur.

L’intrigue est bien construite et imbibée d’un vocabulaire riche et d’un rythme agréable. En effet, les phrases courtes et révélatrices de sens permettent au lecteur de bien comprendre les propos de l’auteure. L’humour est perceptible tout au long du roman, que ce soit par l’emploi du point d’exclamation à maintes reprises ou par l’ajout de certains mots entre parenthèses qui révèlent les perceptions de Cassiopée : « […] dictionnaire anglais-français/français/anglais en deux (gros) volumes […] ».

Je me souviens très bien avoir lu ce livre quelques années auparavant. Me replonger dans mon coup de cœur d’adolescente me porte à croire que j’ai toujours aimé les romans d’amour…

Référence:

Marineau, M. (1988). Cassiopée : L’été Polonais. Québec Amérique Jeunesse.

5. L’île au trésor

Auteur: Robert Louis Stevenson

Illustratrice: Jean-François Dumont

Année de parution: réédition en 2009

Maison d’édition: Éditions Flmmarion

Source image:http://www.enseignants-flammarion.fr/Albums_Detail.cfm?Id=36542

Tel que précisé sur la quatrième de couverture, il s’agit d’une véritable histoire de pirates devenue un classique de la littérature (Stevenson, 1883). Ce roman d’aventures raconte l’histoire d’un jeune garçon de 12 ans nommé Jim Hawkins qui trouve une carte au trésor recherchée depuis des années dans un coffre appartenant à un pirate mort dans l’auberge de son père. Ce jeune garçon se retrouve donc, un peu maladroitement et grâce aux œuvres du hasard, sur un bateau nommé l’Hispaniola, rempli de personnages stimulants qui recherchent un prestigieux trésor bien caché sur une ile déserte depuis des années par le capitaine Flint. Ce capitaine avait antérieurement sous son commandement le fameux Long Jonh Silver.9782081241947_cb

Évidemment, les choses ne se passent pas comme prévu et des clans se forment, amplifiant ainsi tous les évènements de cette recherche. En effet, Long Jonh Silver et plusieurs pirates prévoient mutiler toutes les personnes ne se trouvant guère dans le clan de Flint. Jim surprend une conversation sur ce projet entre ce vilain pirate et le cuisinier et il se dépêche d’aviser les personnes concernées, entre autres le docteur Livesey et le châtelain  Trelawney qui sont les hommes de confiance dirigeant l’équipage. Ces derniers décident donc de tout faire pour que le trésor ne se trouve guère dans les mains d’un pirate. Comble du malheur, bon nombre de personnages meurent au combat. Heureusement, le trésor se retrouve dans les mains du bon clan et Jim est sain et sauf.

J’ai été étonnée de voir à quel point j’avais envie de découvrir ce qui allait se produire de chapitre en chapitre dans ce roman. L’intrigue est captivante parce que les personnages vivent plusieurs aventures qui suscitent l’intérêt du lecteur et qui créent un certain suspense. Les personnages sont colorés et attachants. Le personnage principal, Jim, est également intéressant puisqu’il vit des aventures peu communes pour un enfant de 12 ans. Par contre, ses comportements sont souvent congruents avec son âge. Lorsqu’il surprend une conversation douteuse, par exemple, il s’empresse d’aller rapporter celle-ci aux personnes en qui il a confiance parce qu’il a énormément peur. Il est apprécié de tout l’équipage, mais également du lecteur! Le vocabulaire de ce roman est riche et la syntaxe est recherchée. En effet, les phrases sont complexes et représentent bien le talent de l’auteur.

Je comprends davantage le fait que les garçons, parce qu’il s’agit d’un livre bien apprécié de ceux-ci, ont besoin d’actions inspirées de faits réels dans leurs lectures. En effet, l’auteur a su utiliser un vocabulaire propre à l’univers des pirates qui permet au lecteur d’apprendre de nouveaux termes (pavillon, gouvernail, etc.). Le monde des pirates est fascinant pour les enfants et cet auteur a su exploiter efficacement ce thème bien avant la sortie du film Pirates des Caraïbes!

De prime abord, je n’aurais jamais pensé lire ce livre. J’ai demandé à mon petit copain quel avait été le livre qu’il avait le plus apprécié lorsqu’il était jeune. Il m’a répondu, à l’instant même où j’avais terminé de poser ma question :

L’île au trésor de Robert Louis Stevenson. J’ai le roman dans mon sous-sol. Je peux te le prêter si tu veux.

Et c’est ainsi que je me suis lancée dans cette lecture plutôt masculine. Bien que le roman ne rejoint pas mes intérêts profonds (aucune histoire d’amour tout au long du roman), je persiste à croire qu’il s’agit  « d’un classique de la littérature » (Louis Stevenson, 2009).

Depuis que je connais ce roman, j’ai l’impression qu’il est partout. Lorsque je me suis mise à relire Klonk, j’ai été surprise de voir que la lecture de ce roman avait été faite et appréciée par le narrateur du livre. Lorsque j’étais jeune, je n’avais pas porté attention à cela. Puis, quand j’ai fait mes lectures pour le cours, j’ai découvert qu’il s’agissait d’un classique jeunesse qu’il fallait conseiller aux jeunes garçons (Lemery, 2007, p.44).

Publicités

2 réflexions sur “Littérature jeunesse

  1. joaniedesgagne 16 décembre 2013 à 7:42 Reply

    J’aime beaucoup ton blogue et particulièrement cette section ! Si tu veux, tu peux aussi consulter mon blogue qui atteint un objectif similiaire. Bonne continuité et merci pour tes idées. Au plaisir d’échanger avec toi.

  2. suzieeeee 17 décembre 2013 à 12:59 Reply

    Ton blogue est tout aussi intéressant, je viens tout juste de le découvrir.

    De belles trouvailles en ce lundi soir!

    Au plaisir,

    Madame Suzie

Laisser un commentaire :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :